Dilemme à 60 ans

Par Nicky Le Feuvre

 

Nicky le Feuvre est professeure ordinaire et doyenne de la Faculté des sciences sociales et politiques de l'Université de Lausanne.

Nicky nous raconte l'histoire de Chantal, une femme d'âge avancé et active professionnellement. Elle est confrontée au choix de l'orientation de sa carrière professionnelle. Quel est l’impact des incitations à la retraite anticipée pour les travailleur·euses âgé·es, pour les femmes plus particulièrement ?

 

Cette histoire est racontée en anglais.

 

A écouter également sur

Logo Spotify

Logo Anchor

Logo Google Podcasts

Partenaires de l'évènement

C'est un lundi matin ensoleillé et frais d'automne en Suisse. Chantal, une femme élégante d'âge moyen, est debout sur le quai de la gare de Morges, attendant avec des centaines d'autres personnes le train de 7 h 05 pour Genève. Chantal frissonne dans la brise matinale ; elle prend ce train depuis plus de 25 ans, depuis qu'elle a trouvé un emploi d'employée de banque en Suisse, juste après son divorce avec son premier mari, Frank.

Pourtant, elle a l'impression de ressentir davantage le froid ces jours-ci. Bon sang, elle commence à ressembler à sa mère, qui mettait toujours le chauffage, au grand désespoir de son père. Bien sûr, c'est quand elle n'a pas de bouffées de chaleur, un phénomène qui a commencé il y a trois ou quatre ans, et qui est si gênant, d'autant plus qu'il semble toujours se produire lors de réunions très importantes et qu'il est si difficile de se concentrer sur ce que son patron lui demande de faire. Et aussi, la nuit, quand elle se réveille parfois avec ses draps complètement trempés. C'était vraiment effrayant et tellement fatigant d'être réveillée au milieu de la nuit. C'est peut-être la seule chose positive qui ressort de la mort de David l'année dernière ; David, son second mari, qui est mort six mois après avoir été diagnostiqué d'un cancer du pancréas. Il n'a pas eu le temps de remarquer à quel point son corps changeait, le poids qu'elle a pris, ni même ces affreuses bouffées de chaleur. Il avait d'autres choses en tête. Il souffrait énormément et s'inquiétait de la façon dont ses enfants allaient se débrouiller une fois qu'il serait parti.

Ses enfants chéris, ses trois beaux-enfants, sont bien sûr adultes maintenant, mais il a toujours eu peur qu'ils ne lui pardonnent jamais d'avoir quitté leur mère alors qu'ils étaient adolescents. Bien sûr, Chantal n'a rencontré David que lorsque ses enfants étaient déjà grands, et ils ne se sont mariés que quelques années plus tard. Ils n'ont donc eu qu'environ 15 ans de vie commune, des moments si heureux et un tel tournant dans sa vie. Il lui manque vraiment beaucoup. Avant de rencontrer David, elle n'avait pas vraiment confiance en elle. Elle a commencé à travailler dans des emplois administratifs comme apprentie, après avoir quitté l'école avec la bénédiction de ses parents, qui croyaient fermement qu'une jeune femme n'avait pas vraiment besoin d'une éducation, puisqu'elle était destinée au mariage et à la maternité. Avec le recul, Chantal a toujours regretté de ne pas avoir écouté les conseils de ses professeurs, qui souhaitaient qu'elle poursuive ses études. Elle a toujours l'impression de ne pas être prise au sérieux par ses collègues ou ses patrons, car elle n'avait pas les qualifications requises. En fait, elle a rencontré son premier mari, Frank, juste après avoir terminé son apprentissage. Elle travaillait comme secrétaire dans une entreprise de construction et lui, dans le domaine de la vente, avait déjà gravi les échelons et était manifestement ambitieux ; c'est probablement ce qui l'a attirée vers lui. Franck faisait beaucoup d'heures supplémentaires et c'est pourquoi ils ont décidé qu'elle devrait travailler à temps partiel, seulement 2 jours par semaine, car il avait besoin de quelqu'un pour s'occuper de la maison, des courses, de la cuisine, de la réception de ses clients et de tout le reste.

Bien sûr, ils avaient l'intention de fonder une famille immédiatement, mais les choses ne se sont pas passées du tout comme ils l'avaient espéré. Après trois ans d'efforts pour avoir un bébé, ils ont envisagé l'adoption, mais Frank n'était pas du genre à vouloir élever "l'enfant d'un autre", comme il disait. Alors, quand le traitement par FIV est devenu disponible, cela a semblé être la solution parfaite. Le traitement est si exigeant et si épuisant qu'elle démissionne de son emploi à ce moment-là. Frank gagnait alors bien sa vie et elle espérait secrètement pouvoir consacrer tout son temps et son énergie au bébé tant attendu. Malheureusement, après deux fausses couches, Chantal s'est rendu compte que ses espoirs de fonder une famille ne se réaliseraient jamais. À ce moment-là, les choses devenaient de plus en plus difficiles avec Frank et lorsqu'il a annoncé qu'il voulait divorcer parce qu'il avait rencontré quelqu'un d'autre au travail, ce fut vraiment difficile à accepter ; elle avait le sentiment d'avoir échoué. Elle se sent aussi tellement coupable de ne pas avoir pu donner à Frank la famille dont il rêvait, et elle n'a pas de travail sur lequel se reposer. Ce n'est qu'après des mois de dépression que son médecin lui suggère de reprendre le travail et de recommencer sa vie. Après tout, elle était encore jeune.

C'est après cette période vraiment difficile de sa vie qu'elle a rejoint une banque suisse, avec un salaire assez bas. C'est là qu'elle a rencontré David, son futur second mari, qui était le responsable de l'équipe dans le bureau voisin. Ils ont rapidement commencé à discuter autour d'un café et il l'a encouragée à s'inscrire à une formation que la banque venait de mettre sur pied. La banque souhaitait que davantage de femmes occupent des postes de cadres moyens, et Chantal y a vu l'occasion de compenser le fait d'avoir quitté l'école si tôt.

Dès qu'elle a terminé, elle a été chargée de préparer la banque à l'introduction d'un nouveau système électronique pour les clients privés. C'était une période passionnante et Chantal a dû apprendre beaucoup en très peu de temps.

Dans sa vie privée, elle était très heureuse avec David, bien qu'ils n'aient pas emménagé ensemble avant un certain temps, car il avait besoin de passer du temps avec ses enfants le week-end, d'autant plus que les choses se sont un peu gâtées avec son ex-femme lorsqu'ils ont commencé à parler d'arrangements financiers et à préparer le divorce. David savait qu'il allait "partager" sa pension professionnelle avec son ex-femme, puisqu'elle avait également réduit ses heures de travail à plus ou moins deux jours par semaine lorsque leurs enfants étaient à l'école.

Et maintenant que David est parti... Chantal regarde par la fenêtre lorsque le train entre en gare de Genève. Elle voit l'affiche invitant les électeurs à adopter le plan de réforme des retraites AVS21 que propose le gouvernement fédéral. Chantal sait que ce projet comprend la mesure très controversée de porter l'âge légal de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, comme pour les hommes. Elle a écouté les arguments et avait plus ou moins décidé de voter en faveur de la réforme dimanche prochain, le 25 septembre. Mais c'était avant la discussion qu'elle a eue avec son patron la semaine dernière, une chose à laquelle elle ne s'attendait pas vraiment. Bien sûr, elle savait que la banque cherchait à réduire les coûts, mais elle ne se doutait vraiment pas qu'ils ciblaient encore les travailleurs plus âgés, et les encourageaient à prendre une retraite anticipée... Et non, elle se sent à nouveau si peu sûre d'elle. Et tellement peu claire sur ce que l'on attend des femmes de son âge dans le contexte suisse. Elle peut comprendre que le gouvernement souhaite que les femmes travaillent plus longtemps, en particulier celles qui, comme elle, n'ont pas de mari sur qui compter et qui ont un passé professionnel si peu reluisant que leur pension professionnelle sera très faible... Pourtant, dans le même temps, son employeur ne semble pas très enthousiaste à l'idée de garder ses travailleurs âgés, et surtout pas de les former aux nouvelles technologies.

Et que ferait-elle de ses journées si elle devait prendre une retraite anticipée ? Elle n'a pas d'enfants, ni de petits-enfants dont elle doit s'occuper. Pas de passe-temps à proprement parler. Elle a consacré la majeure partie de son temps à la banque, puis à s'occuper de David lorsqu'il est tombé malade. Tiraillée entre le contexte politique (extension de l'âge de la retraite des femmes) et les politiques de la banque, où les travailleurs âgés sont encouragés à prendre une retraite anticipée.

Chantal, comme beaucoup d'autres femmes de sa génération, est confrontée à un dilemme : que va-t-elle faire ?