Simone et Maxime

Par Rocío Palomeque

 

Rocío Palomeque est chercheuse en sciences sociales à l'Université de Lausanne. Elle nous raconte l'histoire de Simone et Maxime et nous explique comment le divorce peut perturber le parcours professionnel des travailleur·euses ainsi que leurs options de retraite.

Le divorce, notamment à un âge avancé, a une incidence sur les pensions et les retraites. Il peut amener les travailleurs à chambouler leurs options de retraite.

 

Cette histoire est racontée en anglais.

 

A écouter également sur

Logo Spotify

Logo Anchor

Logo Google Podcasts

Partenaires de l'évènement

Simone et Maxim

Simone regarde son armoire et réfléchit à ce qu'elle va porter. Elle opte pour un ensemble blanc élégant qui ira bien avec la température agréable de cette journée d'été. Après s'être habillée, elle choisit des boucles d'oreilles en or et le bracelet Cartier que son mari lui a offert pour leur dernier anniversaire. Elle se maquille un peu, et fronce les sourcils en voyant les rides autour de ses yeux. Elle a soixante-huit ans, et bien qu'elle se sente encore jeune et active, elle peut voir les signes du vieillissement sur son visage. Elle se regarde dans le miroir et sourit, elle est toujours une femme d'affaires prospère, et elle a l'air bien et intelligente.

Simone se prépare à aller au travail, au même endroit où elle travaille depuis vingt ans. Elle est directrice dans l'une des deux plus importantes banques suisses. Elle aime son travail, elle sait comment le faire bien, et elle a l'intention de continuer à travailler jusqu'à ce qu'elle en ait envie. Après tout, elle n'a commencé à travailler qu'à 45 ans, et les enfants étaient déjà grands. Bien sûr, elle n'allait pas laisser d'autres personnes élever ses enfants, et son mari avait un très bon emploi, également dans la finance, qui leur permettait de subvenir à tous leurs besoins. 

En fait, elle n'a pas eu à se soucier de travailler, même si ce n'est pas comme si elle n'avait pas fait d'études. Ce n'est pas une femme au foyer, mais elle était, et elle est toujours, une mère dévouée. Elle laisserait tomber son travail si l'un de ses enfants l'appelait pour lui dire qu'il a besoin d'elle. En fait, l'année dernière, elle a dit à son patron qu'elle prenait trois semaines de congé pour aider sa fille à la naissance de son petit-fils. Son patron s'est plaint, mais elle sait que la banque a besoin d'elle, alors elle a tenu bon. Elle sait qu'ils n'ont pas beaucoup de personnes comme elle, qui, à 68 ans, parle couramment l'allemand, l'anglais et le français, et qui a un MBA de l'université de Harvard. Ses parents étaient des expatriés suisses et elle a vécu en Allemagne et aux États-Unis quand elle était plus jeune. Aujourd'hui, Genève lui convient parfaitement. Elle envisage de prendre sa retraite et de continuer à y vivre. Beaucoup de ses amis partent au Portugal ou en Espagne pour prendre leur retraite, mais elle ne sera jamais trop loin de Genève, avec ses galeries, ses musées et ses jolies boutiques.

Bien sûr, ce n'est pas comme si elle pensait à la retraite, du moins pas maintenant. Elle aime son travail, et elle a encore le temps de profiter de la vie pendant les week-ends. Et son travail lui a donné tant d'occasions de découvrir le monde, elle se souvient d'avoir été envoyée pendant un an à Londres pour ouvrir une nouvelle succursale de la banque, et elle et son mari se retrouvaient n'importe où dans le monde, il prenait l'avion de Genève et elle celui de Londres et ils se retrouvaient pour le week-end. C'était excitant et c'était comme s'ils étaient à nouveau amoureux.

Elle regarde par la fenêtre et voit le ciel bleu. Elle ne va pas prendre la Mini Cooper pour aller au travail aujourd'hui, avec une si belle journée, elle va prendre le bus et ensuite marcher jusqu'à la banque.

Elle monte dans le bus et dit bonjour au chauffeur, Maxime. D'habitude, il est plutôt joyeux, mais aujourd'hui, il n'a pas l'air très heureux. Maxime la regarde, marmonne "Bonjour Madame", et regarde devant lui sur la route. Maxime a eu une nuit difficile, il a à peine dormi. Les papiers du divorce sont enfin arrivés et il a dû se rendre à l'évidence : il a perdu sa femme. Toutes les années qu'il a passées à travailler comme chauffeur de bus, à conduire la nuit et à dormir le matin, à être si fatigué pendant les week-ends pour faire quoi que ce soit avec elle et avec les enfants, l'ont finalement rattrapé. Il se plaint et estime que la vie a été injuste pour lui. Il a travaillé parce qu'il le devait. Au début, il ne voulait pas travailler à temps plein, mais Cynthia est tombée enceinte des jumeaux et il devait subvenir aux besoins de sa famille. Il ne voulait pas que Cynthia travaille, car les jumeaux avaient besoin de beaucoup d'attention, et de toute façon, la crèche était si chère que tout l'argent que Cynthia aurait gagné aurait été dépensé dans les frais de crèche. Ils ont donc décidé tous les deux qu'elle resterait à la maison avec les enfants, ce n'était pas seulement son idée à lui.

Cependant, il est vrai qu'elle n'a pas travaillé pendant près de dix ans, et qu'elle se sentait triste et isolée. Et il y a tout l'aspect financier... il ne pouvait pas réduire son temps de travail parce que, même s'ils vivent en France, la vie ville à côté de la frontière avec la Suisse est presque aussi chère qu'en Suisse, et ils avaient besoin d'une maison plus grande une fois les jumeaux arrivés.

Bien sûr, Cynthia demande la moitié de sa pension. Et il sait qu'elle a raison, tout le temps qu'elle s'est occupée des jumeaux, il travaillait, mais il ne pensait pas qu'ils allaient divorcer. C'est vrai qu'ils avaient des problèmes, mais tout mariage en a, non ? Ils s'aimaient, les moments où les jumeaux étaient jeunes étaient difficiles, mais ils étaient si gratifiants. Il aurait aimé passer plus de temps avec eux quand ils étaient jeunes, mais il avait les pires lignes de bus à l'époque, il travaillait toujours la nuit et puis il avait des insomnies, et des problèmes digestifs pour manger toujours à des heures différentes. Et il avait toujours mal au dos, alors il était difficile d'emmener les enfants au parc, ou de faire des activités avec eux le week-end. Mais ça ne veut pas dire qu'il ne les aimait pas, ni elle. Il aimait sa famille par dessus tout. 

Il se tourne et regarde la route. Maintenant qu'il doit partager sa pension avec Cynthia, il ne pourra jamais prendre sa retraite à 60 ans, comme il l'espérait. Il calcule qu'il devra travailler au moins jusqu'à 67 ans. Enfin, s'il parvient à conserver son emploi. Le mois dernier, lorsqu'il est allé chez le médecin, elle lui a dit que son taux de cholestérol était un peu élevé, ce qui n'est pas accepté dans l'entreprise. Il ne va pas révéler cette information à son supérieur hiérarchique, bien sûr, mais il craint qu'ils ne l'apprennent d'une manière ou d'une autre. Il regarde devant lui, dans les rues animées de Genève. Il voit Simone descendre du bus et se diriger vers la banque. Il n'a pas été aussi gentil que d'habitude avec elle, mais aujourd'hui n'est vraiment pas un bon jour. Le feu passe au vert, et il roule. 

Le divorce, en particulier à un âge avancé, a une incidence sur les pensions et les revenus de retraite, et peut conduire les travailleurs à perdre le contrôle de leurs options de retraite.