Le projet Cause Commune lance un site internet pour partager ses bonnes pratiques et améliorer la qualité de vie des habitant·es

Présentation site Cause Commune

Les auteurs du projet Cause Commune lancent le site internet www.causecommune.ch, qui s’adresse aux représentant·es des communes suisses. Il a pour objectif d’inspirer d’autres communes du pays en partageant des outils concrets, les expériences ainsi que la méthodologie complète du projet. Lancé en 2019, le projet Cause Commune mené par la Commune de Chavannes-près-Renens et le Centre LIVES de l’Université de Lausanne observe une participation dynamique et engagée de la population dans de multiples actions concrètes au sein des quartiers concernés pour le bienfait général de la ville. 

Comme Chavannes-près-Renens, de nombreuses communes suisses vont au-devant d’un important développement démographique et d’une densification urbaine relative. Ceci provoque l’émergence de nouvelles problématiques sociales, liées à l’identification des habitant·es à leur lieu de vie ainsi que leur qualité de vie et leur santé (physique, psychique et sociale). Afin de partager le plus rapidement possible l’expérience vécue de manière adaptée, Alain Plattet et Dario Spini, co-auteurs du projet Cause Commune, mettent à disposition l’ensemble des outils et la méthodologie utilisés par les chercheur·es, représentant·es de la commune et acteurs et actrices sociales. « Améliorer la cohésion de l’ensemble des habitant·es est un sujet qui concerne toutes les communes. En publiant tous nos outils ainsi que cette approche par quartiers, nous espérons familiariser tout un chacun avec les pratiques participatives et les rendre plus abordables. La mise à disposition de cette « boîte à outils » permettra ainsi d’inciter plus d’actions participatives, d’affiner celles déjà lancées et/ou de suivre plus directement la méthodologie d’action sociale et santé Cause Commune dans d’autres villes », explique Alain Plattet, chef du Service de la Cohésion sociale de Chavannes.

Une démarche éprouvée favorisant un engagement fort des habitant·es pour l’organisation de leur espace public

Après les premières actions menées dans les quartiers Nord de Chavannes, les réflexions se sont tournées vers les quartiers Sud. Quatre groupes d’habitant·es participent à la mise en œuvre de projets tels qu’un marché, une nouvelle place de jeux, un espace de permaculture et un centre associatif au sein du Vortex. Le film « La voix des habitant·es – Quartiers sud » décrit leur implication.

En parallèle, les chercheur·es du Centre LIVES mènent une recherche sur plusieurs années. « Conduire une étude longitudinale, en posant les mêmes questions à divers moments, permet d’observer si Cause Commune atteint ses objectifs et si les interactions sociales entre les habitant·es s’intensifient, comme nous le souhaitons », précise Dario Spini, directeur du Centre LIVES à l’Université de Lausanne. Ces prochaines semaines, la deuxième vague de l’enquête scientifique est en cours auprès de l’ensemble des Chavannois·es. Elle permettra d’observer une évolution de la cohésion sociale, de l’identification à son lieu de vie ainsi que de la santé des habitant·es.

Contacts et informations

Alain Plattet – Chef du Service de la Cohésion Sociale – 076 565 64 76 – aplattet@chavannes.ch

Dario Spini – Co-directeur Centre de recherche LIVES – dario.spini@unil.ch

Cause Commune est un projet de recherche-action initié en 2019 pour 5 ans au sein des quartiers de Chavannes-près-Renens (Canton de Vaud). Pionnier dans le domaine de l’action sociale, il vise à tester l'impact de l'environnement social sur la santé des habitant·es. Sa démarche est intrinsèquement durable, locale, citoyenne et novatrice. En 2020, il est reconnu par l’institut gfs.bern comme l’une des trois meilleures pratiques de Suisse pour l’intégration des aîné·es. Cause Commune est soutenu financièrement par l'Etat de Vaud et la Fondation Leenaards. Il est mené par la Commune de Chavannes-près-Renens et par le Centre interdisciplinaire de recherche sur les parcours de vie et les vulnérabilités LIVES de l’Université de Lausanne.