Mécanismes de vulnérabilité aux niveaux des méso-structures sociales et des politiques publiques Dirigé par Leen Vandecasteele et Jean-Michel Bonvin

Dans le cadre de LIVES, la gestion de la vulnérabilité consiste en une dynamique entre les ressources et les facteurs de stress, dans laquelle l'individu se situe dans la structure sociale. Ce paradigme, nommé agency within structure en anglais, vise à étudier les stratégies individuelles qui induisent des résultats biographiques (ou des effets sur la vie des individus). Il explore également comment ces stratégies sont encouragées, limitées ou interagissent autrement avec le contexte social.

Vulnérabilités aux niveaux des méso-structures sociales

Les individus interagissent quotidiennement au sein de divers groupes sociaux formels ou informels, de réseaux, de quartiers, d'intervenants de politique sociale ou de communautés qui appartiennent au niveau méso (niveau intermédiaire entre le micro - individuel - et le macro - sociétal). La principale faiblesse de l'approche agency within structure qui repose sur des modèles macro et micro est la difficulté d'expliquer les mécanismes. Au niveau méso, nous cherchons à comprendre les mécanismes liés à la vulnérabilité en examinant comment les individus disposant de moins de ressources agissent au sein de groupes formels et informels afin d'obtenir des ressources d'adaptation. Plus précisément, nous abordons le caractère bilatéral des facteurs politiques et des facteurs de niveau méso qui sont souvent à la fois inclusifs et exclusifs ; ils peuvent accroître la résilience ou renforcer la vulnérabilité.

L'IP1 - Méso-structures cherche à combler trois lacunes dans la littérature:

  • La profondeur de l'analyse des mécanismes de niveau méso et de politique de la vulnérabilité.
  • La perspective interdisciplinaire de nombreuses analyses au niveau méso.
  • La systématisation théorique des influences du niveau méso sur les processus de vulnérabilité. En combinant la psychologie, l'économie, la démographie sociale et la sociologie dans nos équipes de recherche et en formulant explicitement des questions de recherche et des hypothèses interdisciplinaires, nous visons à approfondir la compréhension des mécanismes de la vulnérabilité.

Questions de recherche

Comment les diverses dimensions de l'appartenance à un groupe et des réseaux personnels facilitent-elles ou entravent-elles une bonne adaptation aux défis du parcours de vie?

La vulnérabilité est souvent associée à des changements futurs, présents ou passés dans les contextes sociaux de l'individu, ce qui génère une grande incertitude. Si les normes sociales définies par les identités de groupe et l'appartenance à des réseaux peuvent amplifier et consolider les processus de vulnérabilité, elles peuvent aussi être utiles pour faire face aux désavantages.

Comment les communautés influencent-elles la dynamique de la vulnérabilité?

Les contextes de niveau méso, comme les quartiers, ont une influence importante sur les effets des variables structurelles, comme le sexe, l'âge ou la classe sociale. Notre recherche étudiera quels réseaux sont mobilisés par les individus lorsqu'ils font l'expérience de difficultés en relation avec leur quartier. Par ailleurs, nous étudierons comment ces personnes interagissent avec les ressources socio-économiques dont elles disposent.

Comment les politiques sociales favorisent-elles ou entravent-elles la prise en charge de la vulnérabilité?

Les politiques sociales véhiculent des attentes normatives et cognitives qui empêchent la prise en compte des différentes dimensions des trajectoires de vie des bénéficiaires. En tant que telles, elles agissent comme des normes déroutantes (misleading norms) avec des effets ambivalents sur les personnes défavorisées et leur capacité à faire face à la vulnérabilité. Nous cherchons à identifier les mécanismes de cette ambivalence dans l'interaction entre les structures de niveau méso et l'individu.

Institutions liées