Comment Internet change-t-il le romantisme moderne? Dirigé par Gina Potarca

Étude 1 : La recherche en ligne améliore-t-elle la transition vers les partenariats au Japon ?

Cette étude est réalisée en collaboration avec le professeur Hiroshi Ishida, Université de Tokyo.

Les recherches qui examinent l'impact de la révolution numérique sur le mariage et la formation de la famille s'intéressent rarement à des contextes extérieurs à l'Occident, même si les marchés de l'accouplement en ligne pourraient jouer un rôle encore plus important dans la formation des tendances en matière de partenariat dans des contextes tels que le Japon, un pays à l'avant-garde de la numérisation des interactions sociales et de l'intimité. Le Japon connaît des transformations démographiques importantes dans le domaine du mariage, avec un nombre croissant de personnes qui se marient tard, se marient moins ou se retirent complètement des relations romantiques et sexuelles. Ces tendances s'expliquent notamment par l'essor de l'éducation des femmes, la plus grande valeur accordée à l'homogénéité de l'éducation, ainsi que l'augmentation des coûts d'opportunité du mariage et de la procréation dans un contexte où les femmes assument de manière disproportionnée la charge de l'éducation des enfants et du travail domestique. Jusqu'à présent, aucune étude n'a établi de lien entre les tendances maritales actuelles au Japon et l'utilisation des sites de rencontres en ligne qui ont vu le jour ces dernières années au sein d'une industrie de la chasse aux partenaires en plein essor. Les chercheurs pensent que ces plateformes pourraient révéler des aperçus des constructions contemporaines de la masculinité et de la féminité dans le contexte du mariage et de la famille. Les études sur ce que les adultes japonais attendent d'un partenariat révèlent de grandes différences entre les sexes, les femmes demandant le plus souvent des relations plus égalitaires, mais il est également prouvé que les femmes des cohortes plus récentes reviennent à des conceptions plus traditionnelles du mariage. Nous nous attendons à ce que le cyberespace soit une arène où les tensions entre les sexes en matière de normes et d'attentes se manifestent le plus, compte tenu des conditions structurelles d'anonymat (conduisant à une expression plus authentique des préférences). Sur la base des données de l'enquête du panel japonais sur les parcours de vie, nous suivons l'évolution annuelle du statut de partenaire pour N = 5 206 hommes et femmes célibataires (20-49 ans) qui exploitent les marchés du mariage en ligne ou hors ligne. Les résultats préliminaires révèlent que les hommes sont moins susceptibles de s'associer lors de recherches en ligne, un résultat qui s'explique en grande partie par le fait qu'ils n'ont pas accès à une offre suffisante de partenaires potentiels correspondant à leur orientation en matière de valeurs de genre.

 

Étude 2 : La démographie du Swiping Right. Un aperçu des couples qui se sont rencontrés par le biais d'applications de rencontre

En près de dix ans, les applications de rencontre par téléphone ont transformé la scène des rencontres en normalisant et, selon certaines voix, en jouant la quête numérique d'un partenaire. Malgré l'attention médiatique croissante sur la façon dont les applications basées sur le balayage endommagent le tissu des liens intimes, les comptes rendus scientifiques sur la question de savoir si elles ont conduit à différents types de rencontres manquent. En utilisant les données de l'enquête 2018 en Suisse et un échantillon d'individus en partenariat commencé au cours des dix dernières années, cette étude aborde trois thèmes principaux : 1) les intentions de formation d'une famille, 2) la satisfaction relationnelle et le bien-être individuel, et 3) les accouplements assortis. Les données indiquent qu'en Suisse, les applications de rencontre ont récemment pris le relais comme principal contexte de rencontre en ligne. Les résultats montrent en outre que les couples qui se sont rencontrés par le biais d'applications de rencontre ont des intentions de cohabitation plus fortes que ceux qui se sont rencontrés dans un contexte non numérique. Les femmes qui ont trouvé leur partenaire grâce à une application de rencontre ont également des désirs et des intentions de fécondité plus forts que celles qui ont trouvé le leur hors ligne. En général, il n'y a pas de différences entre les couples qui ont utilisé une application de rencontre et les autres en ce qui concerne la relation et la satisfaction de la vie. Enfin, les résultats révèlent que les partenaires qui se sont rencontrés par le biais d'applications téléphoniques sont plus susceptibles de faire partie d'unions exogames sur le plan éducatif et de vivre à une plus grande distance l'un de l'autre. Les données fournissent une première indication que, par rapport à d'autres contextes de rencontre et contrairement à la croyance populaire, les applications de rencontre n'entravent pas l'engagement à long terme, ni ne produisent de connexions de faible qualité ; enfin, elles encouragent certains types d'exogamie tout en n'ayant aucun effet sur d'autres (par exemple, le partenariat en dehors de son groupe d'origine).

Institutions liées