Le sentiment de continuité, un allié pour faire face à la perte d’un partenaire

La thèse de la Dre Charikleia Lampraki montre l'impact sur la santé des sentiments de continuité de soi et de continuité sociale suite à la perte de son partenaire.
© Quinn Kampschroer

Charikleia Lampraki a défendu sa thèse avec brio le 1er juillet 2020. Celle-ci est intitulée « Social and self continuity dynamics after intimate partner loss in later life ». Ses recherches se sont intéressées aux évolutions de la continuité de soi ainsi que de la continuité sociale suite à la perte d’un·e partenaire en seconde partie de vie, à travers un divorce ou un décès. Elle montre ainsi que ces deux types de continuité sont bénéfiques pour la santé et joue un rôle important pour face à la perte d’un·e partenaire.

Cette thèse parvient à mettre en lumière le rôle significatif de la continuité de soi pour faire face à des difficultés à un âge avancé. La Dre Lampraki montre que des événements, même distants dans l’ensemble du parcours de vie, ont encore un impact important sur la perception de l’identité dans l’âge avancé ainsi que sur le fait de bien vieillir : un sentiment important de continuité est lié à un meilleur bien-être suite au divorce ou au deuil. Ces résultats pourront aider les professionnel·les de la santé mentale à concevoir des interventions qui adressent les impacts négatifs d’événements déterminants du parcours de vie sur la continuité de soi et ainsi renforcer la perception de cette dernière suite à des événements tels que la perte d’un·e partenaire.

La perception de la continuité, à la fois sociale et de soi, est un mécanisme d’identité qui se façonne tout au long de la vie et qui se révèle déterminant dans la vieillesse. La continuité de soi est fortement influencée par le parcours de vie de l’individu et les événements qui le marque (en l’occurrence le divorce ou le deuil d’un partenaire), alors que la continuité sociale s’incarne dans le maintien de groupes et de rôles sociaux. Ces deux continuités se sont avérées bénéfiques pour la santé. Mais la recherche ne s’était cependant pas encore beaucoup intéressée à l’impact d’événements critiques sur la continuité de soi dans la vieillesse ainsi que sur ses implications potentielles en termes de santé et de bien-être. C’est exactement ce vide-là que Charikleia Lampraki a souhaité combler avec sa thèse de doctorat.

Pour mener à bien ses recherches, l’auteure a suivi une perspective dynamique de la vulnérabilité et s’est inspirée du modèle de continuité du vieillissement normal afin de répondre à trois objectifs principaux :

  • Étudier de quelle façon se développe la continuité de soi avec l’âge (spécifiquement pour le divorce et le deuil).
  • Évaluer le rôle de la continuité de soi et de la continuité sociale en tant que mécanisme d’adaptation suite au divorce.
  • Investiguer la fonction de la continuité du soi comme mécanisme d’adaptation à la perte d’un partenaire à un âge avancé.

LIVES propose un Programme doctoral qui s’adresse en premier lieu aux doctorant·e·s des sciences sociales et de psychologie intégrant une problématique parcours de vie dans leur travail. Ce programme vise à favoriser des cursus qui aboutissent à des doctorats de qualité dans des délais raisonnables ainsi que l'insertion professionnelle, notamment dans des carrières académiques.