Aller au contenu principal
Author
Résumé

Les naissances de couples non-mariés se diffusent lentement dans la société suisse. Elles remettent en question la place de l’union libre qui depuis son apparition dans les années soixante-dix jouait essentiellement un rôle de prélude au mariage. Les couples non-mariés ayant des enfants montrent une division plus égalitaire des tâches, plus d’autonomie et moins d’attitudes traditionnelles à l’égard de la famille, comparativement aux couples mariés. Paradoxalement, ces couples témoignent d’un moindre bien-être. Cet article s’interroge sur les relations entre statut marital, inégalités au sein du couple et moindre bien-être. Basés sur une exploitation des données Suisses de L Enquête sur les familles et les générations 2013 (EFG), nos résultats tendent à montrer que les jeunes couples ayant des attitudes égalitaires choisissent plus souvent de rester non-mariés lorsqu’ils ont un enfant. Qu’ils soient mariés ou non, les conjoints ayant des attitudes égalitaires expriment un moindre bien-être que les couples ayant des attitudes traditionnelles. Les raisons de ce moindre bien-être sont liées à la difficulté de concilier vie familiale et vie professionnelle, surtout pour les femmes. Les conflits au sein du couple quant à eux, résulteraient plutôt d’une augmentation des affects négatifs.

Année de publication
2018
Journal
LIVES Working Paper
Volume
070
Nombre de pages
1-27
Numéro ISSN
2296-1658
URL
http://dx.doi.org/10.12682/lives.2296-1658.2018.70
DOI
10.12682/lives.2296-1658.2018.70
Mots-clés
Download citation
File (PDF)