La capacité de participation des enfants dans les situations de rue au Brésil et en Chine Dirigé par Daniel Stoecklin

En juin 2017, le Comité des droits de l'enfant des Nations unies a adopté son Observation générale sur les enfants en situation de rue (CDE, 2017), qui constitue un jalon dans l'histoire des droits de l'enfant. Ce document, qui fait autorité en matière d'orientation des États parties à la Convention relative aux droits de l'enfant, préconise la participation des enfants en situation de rue eux-mêmes à la réalisation de leurs droits. Le présent projet de recherche vise donc à comprendre comment cette observation générale est mise en pratique dans les centres de soins dédiés à la protection et/ou à la réinsertion des enfants en situation de rue, en se concentrant sur le Brésil et la Thaïlande. La recherche examinera spécifiquement les différents facteurs personnels et sociaux qui transforment les droits participatifs des enfants (tels que consacrés par la Convention relative aux droits de l'enfant) en une réelle liberté participative. Cela nous aidera à comprendre plus largement comment l'agenda des droits de l'enfant est "traduit" en pratique dans différents contextes.

Suite à nos premières constatations sur le terrain, qui suggèrent une diversité de profils d'enfants dans les différents centres d'accueil visités, il a été décidé que l'accent initial mis sur les enfants en situation de rue (ESR) dans les centres d'accueil serait élargi pour inclure d'autres enfants sans expérience de la vie dans la rue, mais également confrontés à des vulnérabilités. Étant donné l'accès restreint au terrain en Chine, il a été décidé d'explorer les possibilités de mener des recherches en Thaïlande comme pays alternatif.

Le chercheur a visité 6 centres d'accueil pour enfants en situation de vulnérabilité et a pu mener des entretiens et des observations ethnographiques dans 5 d'entre eux. Au moins deux membres du personnel dans chacun d'eux, et au total 27 enfants, ont été interrogés, et trois groupes de discussion ont eu lieu, deux dans la ville de Rio de Janeiro et un à Fortaleza... La crise financière dans le secteur du travail social et l'interruption de plusieurs programmes de financement, ainsi que la politique ont affecté la recherche, comme le cas d'un refuge à São Paulo qui a fermé et rouvert en tant que centre de jeunesse (où les enfants ne dorment pas).

Le chercheur a également pu assister à la participation des enfants à une manifestation contre la violence à l'égard de la population en situation de rue à Rio de Janeiro (manifestations de Candelaria en juillet 2019), et a participé en tant qu'observateur aux discussions d'une recherche nationale sur les enfants en situation de rue et les centres d'accueil, coordonnée par la conseillère scientifique Irene Rizzini.

Premiers résultats

Le phénomène des situations de rue n'a certainement pas disparu, mais il a connu un changement important : Il est moins visible aujourd'hui, attire moins de fonds et donc moins d'attention. D'une part, il y a moins d'enfants qui vivent dans les rues, mais pas nécessairement moins d'enfants en situation de vulnérabilité liée à la rue. Dans la pratique, les enfants sont envoyés dans des centres d'accueil, en détention juvénile, gardés avec la famille élargie ou recourant à des stratégies de survie comme l'occupation de bâtiments abandonnés. Le cas des "enfants dans les occupations" affecte de manière significative le nombre et l'expérience des ESR dans les grandes villes. En conséquence, les politiques publiques, officielles et non officielles, ont également fait l'objet de réformes. Au Brésil, la définition de la situation de rue a été élargie pour inclure ces enfants. D'autre part, des politiques de "nettoyage des rues" ont également commencé à être menées dans les professions.

Étant donné l'accès restreint au terrain en Chine, il a été décidé d'explorer les possibilités de mener des recherches en Thaïlande comme pays alternatif.

Largement méconnue et peu étudiée, la situation actuelle des enfants en situation de rue (ESR) en Thaïlande a considérablement évolué au cours des 10 à 20 dernières années à différents égards. Les CSS sont devenus moins visibles dans les rues, beaucoup d'entre eux ont commencé à louer des chambres dans des immeubles ou des hôtels avec leurs pairs et beaucoup d'entre eux sont maintenant des enfants migrants venant de pays voisins. Un nombre croissant d'enfants utilisent désormais la rue comme simple source de revenus pour survivre et faire vivre leur famille. Il n'existe pas de loi et/ou de politique spécifiquement axée sur les ESR en Thaïlande et la situation semble négligée selon plusieurs travailleurs sociaux interrogés.

Le discours sur les droits de l'enfant a eu une influence importante sur les acteurs travaillant dans le domaine de la protection de l'enfance au cours des deux dernières décennies, y compris sur tous les foyers visités. Si la notion de participation est souvent reconnue par les travailleurs sociaux travaillant avec les enfants, sa compréhension reste parfois superficielle et mise en œuvre de diverses manières.

Institutions liées